Traduire  « academic »

Traduire « academic »

Causerie donnée pour le Réseau des traducteurs et traductrices en éducation

« Au Canada, académique est généralement considéré comme un anglicisme à remplacer par scolaire ou universitaire (et parfois collégial) », nous précise le Guide du rédacteur de Termium.

On trouve ainsi dans diverses sources linguistiques canadiennes (comme Termium, la BDL ou encore des guides de rédaction d’universités comme celui de l’Université d’Ottawa) une liste des potentiels équivalents d’academic assez étoffée pour couvrir divers contextes de traduction.

Et pourtant, academic continue à poser problème, témoin la causerie de mai du Réseau des traducteurs en éducation (RTE) tenue le 18 mai 2022.

QUELS CASSE-TÊTES?

L’opposition academic/non-academic. On désigne souvent par academic quelque chose de plus spécifique qu’« universitaire » (quelque chose d’« académique » au sein de l’université). Dans les exemples donnés, nous avions ainsi des titres de poste ou de structures de gouvernance, comme « la direction des affaires académiques » au sein de l’université. Le terme anglais y est en somme plus spécifique que l’équivalent français « universitaire ».

L’opposition academic staff/non-academic staff. Attention aux mots « corps professoral » et « personnel enseignant », qui n’incluent pas toujours toutes les personnes qui enseignent, selon les universités. Exemple à l’Université de York : les chargés de cours (instructors) ne font pas partie du corps professoral (faculty), mais font partie de l’academic staff. Si l’on traduit academic staff par « corps professoral », on en exclut donc en français une partie du personnel enseignant désigné par le terme anglais. Par ailleurs, academic staff peut comprendre un corps de chercheurs qui ne s’adonne qu’à cette activité. Si l’expression « personnel enseignant » peut vouloir désigner les enseignants-chercheurs; il devient plus difficile de lui faire englober les personnes qui ne font que de la recherche. En conclusion, le terme anglais balaie ici plus large que son équivalent en français.

Un cas particulier revenu dans l’actualité : academic freedom <> liberté académique. Critiqué sur Termium, il est pourtant le terme consacré du moment, en raison de son usage massif dans les médias, mais surtout dans les institutions. Aussi trouve-t-on la drôle de juxtaposition d’« académique » ET « universitaire » (« liberté académique universitaire »), alors qu’il est d’usage dans ces contextes de remplacer le premier par le deuxième.

En somme, le terme anglais possède un champ sémantique tantôt plus large, tantôt plus restreint que les équivalents français à disposition. Il est enfin, comme tout mot, sujet aux tendances de l’actualité lorsque celle-ci s’en empare.

QUELLES SOLUTIONS?

  • Le mot est souvent vague en anglais. Il désigne tout « ce qui a rapport avec l’école, l’université, le collège, etc. »). Il faut arriver à cerner son sens pour pouvoir le rendre de la bonne manière, et son sens est très dépendant du niveau d’études; c’est au secondaire/postsecondaire qu’il pose le plus de défis.
  • Aussi faut-il souvent expliciter plutôt qu’essayer de chercher un terme en particulier comme équivalent.
  • Le mot « académique » a longtemps été interdit et critiqué au Canada (en Europe, il est davantage employé), mais il a tendance à repointer le bout de son nez ces dernières années. Ne serait-il pas aussi dans certains contextes le plus à même d’équivaloir à academic? Ne pourrait-on donc pas réhabiliter « académique »?

PRINCIPALES COOCCURRENCES EN QUESTION À LA SÉANCE ORGANISÉE PAR LE RTE

academic yearannée universitaire, scolaire, collégiale?
academic freedomliberté universitaire, d’enseignement, académique?
academic exchange (vs cultural exchange)échange académique, scolaire, éducatif?
academic eventsévénements universitaires, scolaires, académiques?
academic issues/concernstroubles d’apprentissage (à l’université, au secondaire, etc.)?
academic honestyintégrité scientifique, universitaire, académique?
academic standingrésultats scolaires, réussite universitaire?

OUTRE-ATLANTIQUE

Regarder ce qu’il se passe chez son voisin est toujours instructif, quel que soit son jugement ultime! Voici donc les principaux contextes d’emploi du terme et des cooccurrences régulièrement vues côté France (mes excuses les plus plates aux Belges et aux Suisses, que j’exclurai de cette étude)1.

1. En France, le mot « académique » correspond à une réalité politique : l’éducation y est découpée en régions académiques nommées « académies », dirigées par des directrices et directeurs académiques. L’adjectif est de plus très souvent employé pour parler des instances de gouvernance d’une université :

  • sénat académique= instance créée par l’Université de Paris pour la gouvernance.
  • conseil académique = instance de gouvernance présente dans plusieurs universités, dont la Sorbonne.
  • structures académiques = mot générique pour les instances de gouvernance d’une université. Exemple à l’Université Grenoble Alpes.

2. On trouve également les cooccurrences suivantes où le terme « académique » semble réellement avoir sa place :

revue académique : journal qui publie des articles de résultats de recherche dans un domaine spécifique. Le mot « universitaire », ici, pourrait faire penser que la revue est rattachée à une université en particulier, alors que ce n’est pas nécessairement le cas.

savoirs académiques : en opposition à « savoirs professionnels ». Peut être synonyme de savoirs universitaires, ou désigner tous les niveaux scolaires, d’où l’usage du générique « académique ». Le terme paraît aussi avoir une plus grande force dans l’opposition études/travail que le mot « universitaire », comme dans « intégration académique/professionnelle » ou encore « carrière académique et professionnelle ».

le milieu académique et universitaire : le premier terme ferait ici référence aux institutions telles que l’Académie des sciences, l’Académie des lettres, etc., qui ne sont pas des universités.

3. On y emploie parfois le terme par souci de style, pour éviter une répétition :

L’université, acteur académique

L’université de X, site académique d’excellence

4. Il est enfin utilisé dans le même sens que l’anglais et permet souvent de désigner tout le domaine de la recherche au sens large :

Le monde académique = le monde universitaire + des scientifiques + des académiciens

le personnel académique et administratif : pour distinguer le corps enseignant/de recherche et l’administration.

Service académique d’information et d’orientation = service d’information et d’orientation de l’université

Thèse académique = thèse (d’université)

POUR CONCLURE

Le terme academic est un problème récurrent pour les traductrices et traducteurs en éducation au Canada, en raison de l’absence en français d’équivalent direct, mais aussi de la réticence à employer même lorsque justifié le terme correspondant en français (« académique »), critiqué dans les normes. La causerie du RTE a en effet dès le début soulevé la question de la pertinence de cette « interdiction », et s’est achevée par la proposition d’une seconde discussion sur ce sujet, davantage axée sur les cooccurrences courantes dans le milieu. Une affaire à suivre donc!


1 Termium en touche mot également à l’article cité ci-haut. À noter par ailleurs que je n’évoquerai pas ici l’adjectif dans le sens de « qui manque d’originalité ».

Une réflexion au sujet de « Traduire « academic » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s