Révision commentée n° 5

Révision commentée n° 5

Le dernier article de notre série de révisions commentées vous en donne pour votre argent! On y traite dans le menu détail ― mais toujours avec humour! ― de la révision de la note explicative d’un projet de loi, mais également des facteurs émotionnels et relationnels qui entrent en jeu quand s’entrechoquent les intérêts parfois opposés du traducteur, du réviseur, du donneur d’ouvrage et du lecteur. Parmi la myriade de stratégies abordées, notons :

  • séparer les étapes d’analyse pour y voir plus clair;
  • rédiger et réorganiser pour servir le message;
  • scruter l’âme de son traducteur;
  • gérer la confiance et le bien-être de son lecteur;
  • survivre aux exigences du client et panser ses plaies;
  • éliminer les ambiguïtés, couper dans le gras, gérer ses pronoms et bien d’autres encore!

Merci à celles et à ceux qui nous ont suivi tout au cours de la série. Comme toujours, vos commentaires, critiques et suggestions sont les bienvenus! Au plaisir de vous lire!

Anglais1This Bill makes several amendments to The Police Services Act.
2The Manitoba Criminal Intelligence Centre (« MCIC ») is established. The MCIC is a specialized office staffed with criminal intelligence experts who work with police services and other law-enforcement-related organizations to develop their criminal intelligence collection and analysis capacity. The MCIC also promotes and co-ordinates the sharing of criminal intelligence. The MCIC operates under the direction of the criminal intelligence director, a new position.
3The Director of Policing may establish standards respecting police service operations, facilities and equipment. The criminal intelligence director is responsible for creating standards dealing with criminal intelligence. The Manitoba Police Commission monitors police service compliance with policing standards.
4A code of conduct for police officers in Manitoba police services may be established by the Director of Policing. The chief of a police service must provide the Director of Policing with a report on each contravention of the code of conduct by a police officer.
5The Law Enforcement Review Act is also amended by this Bill to extend the time for filing complaints under that Act from 30 days to 180 days.
6Consequential amendments are made to several Acts.
Traduction1Le présent projet de loi modifie la Loi sur les services de police.
2Ainsi, le Centre manitobain de renseignements sur les activités criminelles est constitué. Le Centre est un bureau spécialisé composé d’experts dans le domaine des renseignements sur les activités criminelles qui travaillent avec les services de polices et les autres organismes d’application de la loi au Manitoba en vue du développement de leurs capacités en matière de collecte et d’analyse de renseignements sur les activités criminelles.
3De plus, le Centre promouvra et coordonnera l’échange des renseignements sur les activités criminelles. Sa direction relève du directeur des renseignements sur les activités criminelles dont le poste est créé par le présent projet de loi.
4De plus, le directeur du Maintien de l’ordre peut établir des normes applicables aux activités, aux installations et à l’équipement des services de police. Le directeur des renseignements sur les activités criminelles est chargé d’établir des normes applicables aux renseignements sur les activités criminelles. La Commission de police du Manitoba surveillera l’observation des normes de maintien de l’ordre par les services de police.
5En outre, le directeur du Maintien de l’ordre peut établir un code de déontologie à l’intention des agents de police des services de police de la province. Le chef d’un service de police remet au directeur du Maintien de l’ordre un rapport sur chaque contravention au code de déontologie que commentent les agents de police du service.
6Le présent projet de loi modifie la Loi sur les enquêtes relatives à l’application de la loi pour porter de 30 à 180 jours le délai qui s’applique au dépôt de plaintes.
7Enfin, des modifications corrélatives sont apportées à plusieurs lois.
Révision1Le présent projet de loi apporte plusieurs modifications à la Loi sur les services de police.
2Le Centre manitobain de renseignements sur les activités criminelles est constitué et la direction de ce bureau spécialisé relève d’un nouveau poste, celui de directeur des renseignements sur les activités criminelles. Le Centre emploie des experts chargés de travailler de concert avec les services de police et les autres organismes en lien avec l’application de la loi dans le but d’aider ces services et ces organismes à développer leurs capacités en matière de collecte et d’analyse de renseignements sur les activités criminelles. Le Centre encouragera et coordonnera l’échange de ce type de renseignements.
3De plus, le directeur du Maintien de l’ordre peut établir des normes applicables aux activités, aux installations et à l’équipement des services de police et la Commission de police du Manitoba en surveillera l’observation. Le directeur des renseignements sur les activités criminelles, pour sa part, établira les normes applicables aux renseignements sur les activités criminelles.
4Le directeur du Maintien de l’ordre peut en outre établir un code de déontologie à l’intention des agents de police. Les chefs de police doivent lui remettre un rapport chaque fois que les agents de police de leur service y contreviennent.
5Enfin, le présent projet de loi modifie la Loi sur les enquêtes relatives à l’application de la loi pour porter de 30 à 180 jours le délai qui s’applique au dépôt de plaintes et des modifications corrélatives sont également apportées à plusieurs lois.
Source : https://web2.gov.mb.ca/bills/42-4/pdf/b030.pdf

Séparer les étapes d’analyse pour y voir plus clair

À la première lecture, le texte semble d’ores et déjà nous dire qu’il est à l’étroit dans ses habits et on ne peut s’empêcher de se demander si un remaniement ne lui permettrait pas de mieux respirer. Il serait cruel d’ignorer la détresse d’un texte qui nous susurre son besoin d’être reformulé. Bien que la traduction de textes de loi nous laisse souvent bien peu de latitude quant au choix des idées à exprimer, nous avons en revanche le devoir de chercher à les présenter de la façon la plus intelligible possible. À plus forte raison dans les notes explicatives, où l’accessibilité et le souci du lecteur priment.

On prendra d’abord le soin d’analyser la traduction pour s’assurer que tous les éléments de sens de l’anglais s’y trouvent. On pourra ainsi mettre cet aspect de côté et mieux diriger son attention vers la rédaction. Analyser trop d’aspects en même temps crée une charge mentale qui épaissit le brouillard et on ne voit plus son chemin. Après avoir établi le sens, vous vous sentirez souvent davantage de liberté et de maîtrise au moment du remaniement et votre conquête n’en sera que plus efficace.

Donc, hormis quelques éléments mineurs qu’il nous faudra corriger, maintenant qu’on a établi que le sens y est et que la terminologie du projet de loi est bien appliquée, on peut se tourner vers le sujet principal de la présente note (***gros plan dramatique***) : LA RÉORGANISATION DES IDÉES!

Rédiger pour répondre à ses besoins

Lorsqu’un élément est difficile à intégrer dans une phrase mais qu’il doit être rendu, les traducteurs oublient parfois que si aucune solution simple et élégante ne s’impose pas, il faudra plutôt remanier le reste de la phrase de manière à nous guider sans accrocs à l’idée qui importe.

Une des principales raisons qui ont amené le réviseur à chercher à remanier la note explicative, c’est justement que les termes qui s’y trouvent sont lourds et difficiles à porter. Il fallait donc rédiger l’ensemble de la note de façon à bien les mettre en vedette tout en leur donnant une place et un poids plus appropriés. De toute évidence, on n’a pas pu atteindre ce but en s’en tenant à la structure de l’anglais. Notre réalité est différente et il fallait en tenir compte.

Offrons-nous donc une vue d’ensemble sur l’ampleur du défi en dressant tout de suite la liste de quelques-uns des termes qui ont été fixés dans le projet de loi et que nous serons généralement tenus d’employer dans la note :

criminal intelligence directordirecteur des renseignements sur les activités criminelles
criminel intelligencerenseignements sur les activités criminelles
Director of Policingdirecteur du Maintien de l’ordre
Manitoba Criminal Intelligence CentreCentre manitobain de renseignements sur les activités criminelles
Manitoba Police CommissionCommission de police du Manitoba
policing standardsnormes de maintien de l’ordre

D’emblée, deux défis s’esquissent à l’horizon : 1) les termes employés en français sont beaucoup plus longs qu’en anglais (du double!) et 2) on a deux directeurs dont les noms sont relativement différents en anglais mais de structure semblable en français. Il sera donc particulièrement important de bien placer ces éléments de manière à limiter les répétitions interminables et à maintenir une opposition claire entre les termes semblables. Ce défi peut sembler simple en soi, mais il est suffisamment important pour qu’il s’agisse du principal objectif de notre reformulation.

Si l’anglais se complaît dans la répétition, il a l’avantage de pouvoir justifier son vice en s’exécutant en peu de syllabes et devant un public habitué. Or les termes équivalents en français sont ici plus lourds à porter, d’autant plus que notre lecteur s’attend à mieux et qu’on dispose d’un arsenal plus riche pour éviter les répétitions. Ainsi, notre remaniement devra bien sûr être guidé par la logique des idées, mais aussi par la nécessité d’agencer judicieusement les mots qui les véhiculent. Puisque cette difficulté n’est pas présente dans l’anglais, il nous faut adopter une stratégie différente en français.

La table étant mise, attaquons-nous maintenant au texte, paragraphe par paragraphe.

Paragraphe 1

Anglais1[…] makes several amendments to […].
Traduction1[…] modifie […].
Révision1[…] apporte plusieurs modifications à […].

Cette correction peut sembler toute simple, mais la raison pour laquelle la révision a choisi de rester plus près de l’anglais n’est pas anodine : cette mise en scène permet déjà au lecteur de se mettre dans le bon état d’esprit en s’attendant à se voir présenter plusieurs idées.

Cette correction vous met vous aussi dans le bon état d’esprit puisque chercher la meilleure façon de guider le lecteur dans la bonne direction avec le moins d’effort possible sera le fil conducteur de nos discussions.

Paragraphe 2

Anglais2The Manitoba Criminal Intelligence Centre (« MCIC ») is established. The MCIC is a specialized office staffed with criminal intelligence experts who work with police services and other law-enforcement-related organizations to develop their criminal intelligence collection and analysis capacity. The MCIC also promotes and co-ordinates the sharing of criminal intelligence. The MCIC operates under the direction of the criminal intelligence director, a new position.
Traduction2Ainsi, le Centre manitobain de renseignements sur les activités criminelles est constitué. Le Centre est un bureau spécialisé composé d’experts dans le domaine des renseignements sur les activités criminelles qui travaillent avec les services de polices et les autres organismes d’application de la loi au Manitoba en vue du développement de leurs capacités en matière de collecte et d’analyse de renseignements sur les activités criminelles.
3De plus, le Centre promouvra et coordonnera l’échange des renseignements sur les activités criminelles. Sa direction relève du directeur des renseignements sur les activités criminelles dont le poste est créé par le présent projet de loi.
Révision2Le Centre manitobain de renseignements sur les activités criminelles est constitué et la direction de ce bureau spécialisé relève d’un nouveau poste, celui de directeur des renseignements sur les activités criminelles. Le Centre emploie des experts chargés de travailler de concert avec les services de police et les autres organismes en lien avec l’application de la loi dans le but d’aider ces services et ces organismes à développer leurs capacités en matière de collecte et d’analyse de renseignements sur les activités criminelles. Le Centre encouragera et coordonnera l’échange de ce type de renseignements.

Division des paragraphes

Constatons d’entrée de jeu que la traduction a recours à deux paragraphes alors que l’anglais n’en a qu’un seul … mais pourquoi? Le réviseur a beau chercher à sonder les profondeurs de l’âme du traducteur, en l’absence d’explications, il ne peut qu’en deviner les motifs. Peu importe, le réviseur doit quand même se poser la question, y réfléchir et trancher puisqu’il devra soit valider le choix du traducteur, soit justifier sa décision de s’en éloigner. Scinder ou ne pas scinder, là est la question…

On pourra envisager de scinder un paragraphe quand les idées exprimées sont suffisamment différentes ou disjointes pour le justifier, mais ici, les paragraphes 2, 3 et 4 de l’anglais présentent chacun des sujets distincts et on vient créer un déséquilibre en français en insérant un paragraphe 3. On se retrouverait avec deux paragraphes sur le même sujet (2 et 3) puis deux autres paragraphes sur deux autres sujets. On pourra revoir la pertinence de scinder le paragraphe après notre reformulation — puisque c’est bien dans cet ordre qu’on devrait habituellement procéder —, mais au premier regard, il semble qu’on aurait d’abord avantage à tenter de regrouper l’information de l’anglais dans une suite d’idées se déclinant logiquement et doucement sur le long fleuve tranquille d’un même et seul paragraphe. Il est d’ailleurs beaucoup plus fréquent que le français regroupe deux paragraphes en un que l’inverse, bien qu’on rencontre effectivement les deux cas de figure.

Voyager sans perdre ses bagages

La révision a fait subir une cure de rajeunissement substantielle au paragraphe 2, à tel point qu’il risque de ne plus se reconnaître dans le miroir. Mais une telle cure n’est pas sans risque : sans s’imposer certaines mesures de sécurité, à force de mélanger les cartes, le roi de cœur risque de devenir un deux de pique.

Les traducteurs souffrent bien souvent d’une anxiété débilitante à l’idée de s’éloigner de la structure de l’anglais, de crainte que cette migration leur fasse perdre des éléments de sens; or, si on souhaite aspirer à une certaine liberté face à l’anglais, il nous faut des outils nous permettant d’assurer qu’aucun élément de sens n’a raté sa correspondance. Donnons-nous donc, de ce pas, la quiétude d’esprit de savoir que la totalité des idées demeurent présentes, qu’on puisse passer à autre chose.

Afin de bien repérer l’emplacement des diverses idées avant et après le grand dérangement, […]

Consulter le PDF pour lire la suite de l’article. 

2 réflexions au sujet de « Révision commentée n° 5 »

  1. La révision du paragraphe 1 est intéressante. En « bon » traducteur juridique, mon premier réflexe aurait été celui du traducteur : élaguer, afin d’adopter le ton précis, concis et direct qui sied à la traduction juridique. Toutefois, la justification du réviseur pour réintroduire la précision selon laquelle le projet de loi (PL) apporte « plusieurs » modifications est convaincante, ce qui m’amène à la réflexion suivante : tout est question de contexte, ou plutôt de nature du texte : il est important de distinguer un texte de droit pur (normatif ou contractuel), où le ton dont je parlais est de mise, et le commentaire juridique, telles les notes qui sont présentées ici, où il n’est pas mauvais de laisser un peu de viande autour de l’os, étant donné que la finalité de ce type de texte est d’expliciter et de circonstancier le projet de loi.

    Le paragraphe 2 m’inspire quant à lui plusieurs réflexions.
    En premier lieu, j’ai de la difficulté avec l’emploi du passif ici : « Le centre est constitué. » On rencontre de fait souvent cette tournure passive dans une loi ou un décret qui crée un organisme, car cela permet d’éviter d’indiquer un agent superflu dans la phrase (à savoir l’agent qui crée l’organisme). En revanche, dans une note de présentation d’un projet de loi, on peut, comme je le disais précédemment, se payer le luxe d’un style plus digeste : « La loi proposée établit/établirait le Centre… ». Le passif est en outre ambigu ici, car on peut se demander s’il s’agit pour la loi proposée de constituer un nouvel organisme s’il s’agit de constater son existence? Cette ambiguïté est d’autant plus flagrante qu’Alexandre semble y voir un simple constat de l’existence du Centre (p.5 du PDF) quand j’y lis que la loi proposée créerait cet organisme. J’aurais en outre plutôt employé le verbe établir, instituer ou créer qui me semblent mieux suggérer l’idée de nouveauté que constituer, mais ça se discute.

    En second lieu, sans rejeter le « rapatriement » en tête de paragraphe de la phrase relative à la direction de l’organisme, qui peut se justifier, je n’aurais personnellement pas collé ces deux phrases. Cette façon de coordonner par un « et » deux phrases exprimant deux idées différentes, bien que connexes, est selon ma perception plus typique de l’anglais que du français.

    En troisième lieu, j’aurais parlé d’« organismes liés à l’application de la loi », et non d’« organismes en lien avec l’application de la loi », dans la mesure où la locution « en lien avec » est critiquée et où elle jette ici un flou dans l’articulation du syntagme « application de la loi » : on ne sait pas trop, si on n’a pas accès à l’anglais, si ce sont les organismes qui sont en lien avec l’application de la loi, ou s’il est question de travailler en lien avec l’application de la loi.

    Par ailleurs, autant je suis un tenant inébranlable du présent intemporel dans un texte juridique normatif ou contractuel (loi, règlement, contrat), autant j’aurais opté pour le futur dans une note expliquant un projet de loi qui n’est pas encore adopté et qui décrit les fonctions d’un organisme qui n’est donc pas encore institué. En outre, le passage du présent au futur dans le texte ne s’explique pas vraiment (« Le Centre emploie […] Le Centre encouragera et coordonnera… »)

    Cela dit, ces révisions commentées sont toujours très intéressantes et pertinentes, et si, en commentant quelques points qui me semblent perfectibles, je semble jeter un regard défavorable sur l’ensemble de l’œuvre, ce n’est pas du tout le cas. C’est juste qu’il n’y a jamais grand-chose à dire sur les (nombreux) éléments de ces commentaires auxquels je souscris. Et n’oublions pas qu’il n’y a jamais une seule façon de faire une bonne traduction.

    Aimé par 1 personne

    1. Un grand merci pour ces commentaires et cette analyse détaillés, Philippe. Vous donnez certainement matière à réflexion!

      J’ose à peine imaginer tout ce qu’on apprendrait si les réviseurs discutaient plus souvent entre eux de leur travail de manière aussi minutieuse!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s